top of page

Me forcer à faire des rencontres m'épuise

Dernière mise à jour : 13 févr. 2023



Lors d'une séance, une jeune femme m'expose une situation assez inattendue de nausées et maux de tête à la suite d'un rendez-vous avec une personne issue d'un site de rencontres.

J'en profite pour poser cela dès maintenant : RIEN ne doit vous dispenser de consulter un médecin conventionnel en cas de symptômes physiques inhabituels.


De façon plus globale, elle me confie être épuisée et en colère de se sentir constamment pro-active et de devoir "forcer" les choses afin de rencontrer quelqu'un, estimant qu'elle se sentirait plus confortable à laisser l'inattendu ou le hasard venir vers elle.

Après lecture intuitive, je perçois qu'elle a tendance à se "calibrer" sur les autres, leurs standards, leurs principes, leurs valeurs, leurs fonctionnements. Autrement dit, elle a tendance à systématiquement s'adapter à l'autre pour se sentir valable et autorisée à recevoir de l'attention et de l'amour.

Au fil de la discussion, l'histoire nous raconte qu'à sa naissance, à l'instant où ses parents la regardent, ils remarquent un bébé "poings fermés, semblant concentré, introverti".

Durant sa toute petite enfance, leur comportement vis à vis d'elle lui laisse imaginer qu'elle est moins attachante que son ainée (née "yeux et mains ouverts", information confiée plus tard par sa mère).

Son père la remarque peu jusqu'à 3-4 ans, âge auquel elle se souvient très clairement commencer à s'intéresser à des activités que son père affectionne. Cela nourrit une complicité entre eux et lui donne l'impression d'être davantage aimée. Elle remarque rapidement qu'aller à l'encontre des opinions de son père l'expose à des humiliations.

Cette petite fille se construit donc peu à peu avec l'idée qu'elle doit se rendre attachante en "forçant" sa nature, en s'adaptant aux aspirations, aux goûts et aux standards des autres pour être vue, reconnue et aimée.

Sa façon d'être, son être (et donc QUI elle est), ne suffisent pas.

A l'âge adulte, elle déplore le fait de manquer d'attention et de respect de la part des autres, souffre d'émotions inconfortables, de manque d'estime, et se maintient toutefois dans l'obligation de s'adapter et de forcer sa nature ainsi que les évènements pour vivre et mériter l'amour.


Voici donc l'exemple d'une personne qui gagnerait à casser une boucle de dévalorisation pour sortir de ses schémas répétitifs bloquants :


  1. ma nature introvertie ne suffit pas à me faire aimer de mes parents (création mentale pas forcément juste mais présente et qui s'ancre durablement)

  2. je dois donc être différente et faire ce que l'on attend de moi pour recevoir de l'amour

  3. je dois être pro-active dans cette adaptation à l'autre et j'y mets toute mon énergie

  4. l'autre ne fait pas d'effort car tout semble aller bien, je manque d'égards et d'attention de sa part

  5. je suis en colère (émotion qui devrait m'alerter) et épuisée / je voudrais me respecter davantage et que l'on me respecte

  6. mais si je me respecte davantage, j'arrête de m'adapter continuellement aux autres

  7. si je ne m'adapte plus aux autres, je suis enfin moi-même

  8. si je suis moi-même, je suis "insuffisante" et ne suis donc pas légitime à recevoir de l'amour

(et hop!... retour au point n° 1... et la boucle continue indéfiniment !)


Ce schéma conduit à :

- un sentiment d'enfermement et d'impuissance

- une dévalorisation

- une coupure entre soi et ses émotions


Petite note sur les émotions :

1. Si je suis reliée à mes émotions, qui sont des panneaux signalisateurs et mes alliées, elles peuvent m'aider à opérer une prise de conscience et sortir de ma boucle de dévalorisation. Mais sortir de ce schéma est difficile (pour mon inconscient) car je n'ai jamais appris à ne pas me dévaloriser, je n'ai jamais appris qu'être moi-même était suffisant pour être aimée. Je préfère perpétuer quelque chose de connu et familier, c'est plus facile (pour mon inconscient !).

2. Les émotions, comme la colère, étant un des moyens du corps pour nous alerter, il peut choisir de crier un peu plus fort son mécontentement... Sous forme de nausées et maux de tête... Par exemple.


Les croyances limitantes à traiter étaient les suivantes :

- Je suis insuffisante à être aimée

- Je dois m'adapter pour être acceptée, aimée.

- Si je respecte mes valeurs et mon fonctionnement, je n'attirerai personne vers moi et resterai seule

- Mon fonctionnement a moins de valeur que celui des autres

- Je suis sourde à mes émotions


Les programmes bénéfiques mis en place :


- Je suis toujours suffisante pour recevoir de l'amour

- Je peux être acceptée et aimée sans avoir à m'adapter aux autres en permanence

- Je peux attirer des personnes vers moi en respectant mes valeurs et mon fonctionnement

- Mon fonctionnement à autant de valeur que celui des autres

- Je suis capable d'écouter mes émotions


Si vous êtes dans une situation similaire, qui peut très bien toucher d'autres domaines que la sphère affective, il existe probablement en vous des constructions mentales et des croyances qui mériteraient d'être mises à jour et d'être modifiées.

Ne perdez jamais de vue que vos émotions vous alertent et vous veulent du bien.

Et enfin, parce que deux fois valent mieux qu'une : consultez TOUJOURS un médecin conventionnel en cas de symptômes physiques inexpliqués ou inhabituels.


Si vous avez hoché la tête en lisant les affirmations précédentes,


N'hésitez pas à me contacter à l'aide de ce lien https://www.vinanima.fr/contact pour explorer ensemble votre situation,


Ou réserver directement votre séance en ligne via ce lien https://www.vinanima.fr/book-online


Bien affectueusement,


Vina







Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page